Le mot de la coordinatrice

Je suis engagée dans l’accompagnement de la fin de la vie depuis 20 ans. Accompagner la personne dans cette dernière étape ultime de sa vie, c’est se dépouiller de tous projets. C’est se laisser porter avec beaucoup d’humilité par le malade et sa famille. Le malade est le seul acteur de ce qu’il lui reste à vivre, de ce qu’il veut ou ne veut plus.…
Le bénévole chemine à son rythme sans rien imaginer. Seulement avoir ses sens en alerte et ses oreilles ouvertes et attraper au vol toutes les perches que le malade ou sa famille lanceront dans l’espoir d’être entendu, considéré, …

Mon souhait profond est d’accueillir le malade là où il en est, et s’il nous dit qu’il serait mieux mort, nous essayerons seulement de comprendre pourquoi ce désir sans chercher à éluder ou sans nier sa parole. Cette parole accueillie lui permettra, peut-être, d’avancer dans ce qu’il lui reste à vivre. Il est encore en vie et nous accompagnons la vie. Et, même si son temps de vie se raccourcit, la personne a encore des attentes, des espoirs, des souhaits.

Le malade et sa VERITE sont l’essentiel pour moi dans l’accompagnement ; RIEN d’autre ne compte !!!

Nous avons tous un rôle important à jouer auprès de la société et montrer que l’on peut accompagner autrement et que nous sommes capables de dire « Nous vous accompagnerons jusqu’au bout », les yeux dans les yeux, la main dans la main.

Toutes ces années si riches, remplies d’humain, d’humanité, et de ces belles rencontres m’ont nourrie, enrichie et m’ont appris à dire « OUI à la vie ».

Ma devise : «Accompagner mon semblable qui est juste un peu en avance sur moi … et qui me montre le chemin, celui de la Vie».

Annick AUZOU

annick1

Remonter